Cette semaine on vous présente Martine, spécialiste de cuisine sénégalaise et intarissable d’anecdotes sur son pays ! Tout au long de sa carrière professionnelle, elle a pu beaucoup voyager et s’enrichir de différentes cultures culinaires, elle adore donc proposer une cuisine métissée. Depuis qu'elle est à la retraite, Martine réalise enfin son rêve, celui de cuisiner et partager sa passion au plus grand nombre.

-      Pouvez vous nous racontez votre rencontre avec Mamie Foodie et ce que cela vous apporte ? 

            J’ai rencontré l’équipe de Mamie Foodie par le biais d’une amie qui m’a proposé de participer à un Brunch organisé à la Gaîté Lyrique. J’ai tout de suite aimé le concept de faire appel aux seniors et à leur savoir-faire, je me suis donc lancée dans l’aventure ! Lors du brunch, j’ai eu ma première expérience culinaire avec Mamie Foodie, depuis nous travaillons régulièrement ensemble. 

- Comment avez vous appris à cuisiner ? 

            Je suis tombée dans la marmite très jeune ; dès mes 11 ans, j’ai été initiée à la cuisine traditionnelle sénégalaise… Ma grand-mère était traiteur traditionnel, comme mes tantes ; elles organisaient des événements, mariages, baptêmes et autres… Très tôt, j’ai donc appris à regarder parce que la cuisine traditionnelle, c’est une transmission orale : vous regardez, vous mémorisez et vous restituez… Vous savez, à 11 ans, ce n’est pas facile ! J’ai fait ça pendant des années, puis je suis partie dans une voie très différente, puisque j’ai travaillé 20 ans dans une compagnie aérienne où j’étais assistante de relation publique. Mais j’ai toujours continué à cuisiner pour des amis, pour mes enfants ; j’ai appris à faire une cuisine de mamie avec les produits bio, le bio je l’ai connu bien avant qu’on en parle.

- Avez vous des astuces pour ne pas rater vos recettes ?

             Oui évidemment, quand je sens que je vais rater une recette je peux la modifier si nécessaire. Je pars toujours sur une recette puis si je vois qu’il y a trop de sel par exemple, je mets une pomme de terre ou un morceau de sucre, qui va prendre tout l’excès de sel. J’adore le fait de partir sur quelque chose et de terminer sur une chose différente. Je n’ai jamais de recette prédéfinie, je n’ai jamais de trace écrite. Je travaille à l’ancienne. Maintenant je vais me discipliner et rédiger mes recettes grâce à Mamie Foodie puisque Johanna et Valentine les mettent dans leurs supports de communication.

- Y a t-il une épice présente dans tous vos plats ?

            J’ai 4 épices qui me suivent partout : la coriandre, le clou de girofle, la tomate séchée et dans toutes mes recettes je mets de l’ail ; car, comme tout le monde le sait, l’ail apporte un plus pour la santé et pour le goût. 

A côté de Mamie Foodie, quelles sont vos activités ? 

            Je travaille aussi depuis trois ans dans une autre entreprise, Kialatok, qui propose des ateliers de cuisine du monde, où je suis formatrice et animatrice de cuisine. Les deux concepts partagent des valeurs communes car ils proposent une cuisine traditionnelle et solidaire mais chez Mamie Foodie, je me sens comme dans ma cuisine. 

De plus je suis grand-mère depuis un an maintenant d’un petit garçon. Je profite donc des moments de bonheur que le rôle de mamie m’apporte.